I would always want to be posted here, in the midst of dunes – the dunes with their wild and salty grass like dirty hair – factories, roller coaster, parkings, mini golf and abandoned pubs. The North sea doesn’t seem to have an horizon. It is gobbled up by the grey sky and the brown water. No fishes anymore, but sand. Did you ever notice the dozens of little bugs that bounce when your sole touches the dunes? Barely have you brushed the first grain of sand that their minuscule legs have already taken off.

Great Yarmouth is a town in the East of England. I only ever went there on Sundays, it has always been grey and cool. One of its museums, the Time and Tide, tells the story of the town throughout various displays and the reconstruction of a street during the Victorian era. Once a thriving herring port and popular seaside resort, the fishing industry has dramatically declined, bringing a loss of business and unemployment. Other problems, such as coastal erosion, add to this rather grim picture. Through a photographic series, a tale and extracts from a 1866’s guide book, I wish to create a project between documentary and fiction that explores the contrasts between past and present whilst wondering about the town’s possible future.

All quotes from John Greaves Nall, Great Yarmouth and Lowestoft (London: Longmans, Green, Reader & Dyer, 1866)

The Tale of the Herring and photographs  by Inès Lion


Je voudrais toujours être postée là, au milieu des dunes – les dunes avec de l’herbe folle et salée comme des cheveux sales –, des usines, du grand huit, des parkings, du minigolf et des pubs abandonnés. La Mer du Nord ne semble pas avoir d’horizon. Celui-ci est avalé par le ciel grisâtre et la mer de couleur marron. Plus de poissons, mais du sable. Avez-vous déjà remarqué les dizaines de petits insectes qui sautillent lorsque votre semelle touche le sol d’une dune ? A peine avez-vous effleuré le premier grain de sable que leurs minuscules pattes ont déjà décollées.

Great Yarmouth est une petite ville de l’Est de l’Angleterre. Je m’y suis toujours rendue le dimanche, il y a toujours fait gris et frais. L’un de ses musées, Time and Tide (« temps et marée » en français), retrace l’histoire de la ville à travers notamment la reconstruction d’une rue à l’ère victorienne. C’était autrefois un prospère port de pêche dédié au hareng et une cité balnéaire populaire. Aujourd’hui, l’industrie de la pêche a décliné de façon dramatique, entrainant une importante perte d’activité et une hausse du chômage. D’autres problèmes, tels que l’érosion des côtes, ajoutent à ce tableau plutôt morose. A travers une série photographique, un conte et des extraits d’un guide touristique de 1866, j’ai souhaité créer un projet entre documentaire et fiction, qui explore les contrastes entre le passé et le présent tout en interrogeant l’avenir de la ville.

Citations de John Greaves Nall, Great Yarmouth and Lowestoft (London: Longmans, Green, Reader & Dyer, 1866)

Un conte pour harengs et photographies par Inès Lion